Historique

Historique

Historique

L’Institution est fille des sœurs de Saint Joseph de Lyon

1644: Le nouvel Evêque du Puy en Velay, Monseigneur Maupas, est attendu par le père Médaille (Jésuite) qui souhaite fonder une congrégation dont les sœurs seraient au service des pauvres, des malades, des enfants et des vieillards.
Le nom donné à cette congrégation est « petit dessein ».

1696: Fondation à Lyon durant la période révolutionnaire. La petite congrégation est persécutée. Des religieuses sont emprisonnées et d’autres guillotinées au Puy en Velay.

1807: La supérieure du couvent de Monistrol sur Loire, Mère Saint Jean Fontbonne, réintègre la maison paternelle à Bas en Basset. Elle reçoit du Cardinal Fesch, Archevêque de Lyon, la mission de se rendre à Saint Etienne où Monseigneur Choletton, Vicaire général, a réuni « les dames en noir », nom donné aux sœurs de Saint Joseph de Lyon.

1808: Les sœurs enseignent et s’installent rue Mi-Carême dans le centre ville de Saint Etienne. La communauté compte sept femmes et mère Saint Jean Fontbonne les accueille.

1809: Première prise d’habit dans la chapelle de la rue Mi-Carême.

1816: Mère Saint Jean regagne Lyon mais le noviciat fonctionnera rue Mi-Carême jusqu’en 1822.

1822: Melle Tézenas du Montcel entre en religion sous le nom de Sœur du Sacré Cœur de Jésus et s’occupe du pensionnat.

1839: Elle est élue Supérieure Générale.

1845 – 1880: L’Ecole Normale d’institutrices laïques est confiée aux religieuses jusqu’en 1880. « Former des éducatrices c’est former des multiplicateurs » disait mère du Sacré Cœur qui savait choisir « des maîtresses d’élite ».

1904 – 1905: La loi de séparation de l’Etat et de l’Eglise et les persécutions qui suivirent amenèrent la fermeture de la maison qui renvoya 400 élèves. On confisque alors les biens de la rue Mi-Carême. L’école se transporta dans des petits locaux inadaptés rue Elisée Reclus qui se nommait alors rue Saint Paul d’où le nom actuel de notre Institution.

1927: Le 7 octobre 1927, les religieuses reviennent rue Mi-Carême mais des locataires étaient partout. Des entrepôts occupaient aussi les bâtiments. Ce n’est qu’en 1930 que tout un bâtiment occupé par un atelier de tissae se dégage et que l’école peut vraiment reprendre.

1940: Fin de l’Institution comme école primaire supérieure et ouverture de l’établissement secondaire reconnu officiellement en 1947.

1949: Tous les bâtiments n’étaient pas encore libres pour l’école et il faut attendre la fermeture de la clinique Saint Joseph, autre Apostolat des religieuses sur le site, pour voir « la reconquête » presque terminée.

1965: La crémerie et l’atelier de passementerie encore dans une partie des locaux partent 38 ans pour retrouver les bâtiments.

1972: Départ de la communauté religieuse mais sœur Marie Claude reste directrice. Quelques religieuses sont encore enseignantes : Sœur Valentine, Sœur Dominique et Sœur Claudine.

1973: L’Institution Saint Paul devient mixte.

1979: Première direction laïque avec M. Paul Malartre jusqu’en 1998 où il devient Directeur Diocésain et par la suite Secrétaire Général de l’Enseignement Catholique de France.

1995: L’école primaire est transférée rue Jacques Desgeorges. L’histoire de l’Institution ne cesse de s’écrire…

Merci aux Sœurs de Saint Joseph et à tous ceux qui assument depuis ce magnifique héritage et le font croître et fructifier.